Cercles

Cercles…

La modification progressive du champ vibratoire planétaire nous fait basculer vers un fonctionnement de groupe. C’est-à-dire que les niveaux d’échange nous deviennent accessibles maintenant. Les partages de groupe étaient jusqu’alors régis par les règles sociales en vigueur, dans un fonctionnement animal, une façon atavique de vivre ces échanges.
L’augmentation de fréquence nous permet d’envisager le groupe d’un point de vue horizontal, dans des échanges d’égal à égal, sans le concert d’inquiétudes quant à sa place dans le cercle.
Les anciennes formalités permettant de s’insérer ou de s’extraire du groupe sont obsolètes. La « permission d’être » est restituée à chacun. Il n’est pas nécessaire d’avoir une attitude en particulier pour entrer ou sortir du groupe. Les traumatismes d’abandon, de rupture, de rejet comme les complexes de supériorité, de désir de vaincre, d’assouvir, de maitriser pourront bientôt être lâchés dans notre quotidien.
En attendant, les stages sont tels des laboratoires où l’on peut d’ores et déjà appliquer cette nouvelle façon « d’être » humain.
Il n’y a plus de compréhension, il s’agit directement d’intégration. Dans cet espace, l’intellect ne produit plus son travail de sape dans un tri de « j’y crois / je n’y crois pas » qui est en réalité un tri de j’accepte ou je n’accepte pas de bouger. Le changement opère « à notre insu » en profondeur.
En fonction du groupe, je modifie l’angle d’où je regarde pour tirer le thème commun aux personnes présentes.
En effet, devant un groupe comportant des énigmes particulières, individuelles, il est nécessaire pour moi, afin de trouver le dénominateur commun « d’élever mon point de regard ». Si c’est un groupe de 10 personnes, je dois regarder d’une certaine hauteur pour capter l’info commune et, s’il s’agit d’un plus grand groupe, le niveau de perception doit encore s’élever afin de contempler le groupe comme un seul et même individu.
Ainsi il est judicieux dans le travail avec les groupes de se positionner dans un lâcher-prise permettant à son cœur de prendre le relais de sa tête et de laisser la magie opérer.
Notre intelligence n’est pas d’un grand secours quand il s’agit de faire évoluer notre structure énergétique (enregistrement de base, émotions, croyances).
Il semble que, moins on cherche à rationaliser, plus le mystère a d’espace pour agir.
Sachez que le plus confortable n,’est pas nécessairement le plus efficace.
Restez sur votre ressenti : vous en savez plus que vous ne l’imaginez.

Les commentaires sont fermés